En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 
 

Actualités

lundi 10 décembre 2012
Facebook Viadeo Linkedin

Augmenter la police de caractères Diminuer la police de caractères Afficher en négatif Réinitialiser tous les paramètres PDF envoyer l'article par mail Imprimer cet article Imprimer écologiquement cet article

Espace de commentaires : responsabilité du producteur sous condition de connaissance préalable du contenu

Le président d’une association et producteur de son site n’est responsable des commentaires des internautes que s’il a eu connaissance de leur contenu avant leur mise en ligne, rappelle la Cour de cassation dans un arrêt du 30 octobre 2012. Cette affaire mettait en cause un message présumé diffamatoire d’un internaute publié dans l’espace de contributions personnelles du site d’une association. L’arrêt d’appel avait retenu la responsabilité du président de l’organisme au motif qu’il devait être considéré comme l’auteur principal du message litigieux. La Cour de cassation reproche à la cour d’appel de s’être déterminée « sans rechercher si, en sa qualité de producteur, M. X. avait eu connaissance, préalablement à sa mise en ligne, du contenu du message litigieux ou que, dans le cas contraire, il s’était abstenu d’agir avec promptitude pour le retirer dès qu’il en avait eu connaissance ».
La Cour de cassation a précisé la portée de l’article 93-3 de la loi du 29 juillet 1982 qui s’applique dans cette espèce. Celui-ci avait été modifié le 12 juin 2009 et avait adapté le régime de responsabilité du producteur d’un site qui dispose d’un espace de contributions personnelles à celui de l’hébergeur. Le dernier alinéa de l’article 93-3 de la loi du 29 juillet 1982 réformée prévoit que « lorsque l’infraction résulte du contenu d’un message adressé par un internaute à un service de communication au public en ligne et mis par ce service à la disposition du public dans un espace de contributions personnelles identifié comme tel, le directeur ou le codirecteur de publication ne peut pas voir sa responsabilité pénale engagée comme auteur principal s’il est établi qu’il n’avait pas effectivement connaissance du message avant sa mise en ligne ou si, dès le moment où il en a eu connaissance, il a agi promptement pour retirer ce message. ».

 
 

Les dernières actualités...

vendredi 29 mai 2015
Lire l'article

Conflit dans l’entreprise : liberté d’expression du salarié sur internet

 
vendredi 22 mai 2015
Lire l'article

L’originalité d’une photo de Jimi Hendrix non établie, pas de contrefaçon

 
mercredi 20 mai 2015
Lire l'article

Une marque seule sur un site : risque de confusion

 
lundi 18 mai 2015
Lire l'article

Une information erronée est une pratique commerciale déloyale

 
mardi 12 mai 2015
Lire l'article

Photos : Artnet condamné à plus de 700 000 € de réparation

 
jeudi 7 mai 2015
Lire l'article

Jurisprudence non anonymisée, droit d’opposition non respecté

 
mercredi 6 mai 2015
Lire l'article

Sanction confirmée pour l’envoi de spams par SMS

 
mardi 5 mai 2015
Lire l'article

Liberté des Etats membres de réutiliser les données biométriques des passeports