En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Actualités

mardi 5 février 2013
Facebook Viadeo Linkedin

Augmenter la police de caractères Diminuer la police de caractères Afficher en négatif Réinitialiser tous les paramètres PDF envoyer l'article par mail Imprimer cet article Imprimer écologiquement cet article

Réutilisation des données publiques : Notrefamille.com se heurte au droit des bases de données

 

Un département peut refuser de fournir à un site de généalogie les archives numérisées d’anciens cahiers de recensement pour une réutilisation commerciale, en se fondant sur le droit du producteur de base de données. Par une décision du 31 janvier 2013, le tribunal administratif de Poitiers a ainsi validé la délibération du conseil général de la Vienne qui avait conditionné la cession de ces fichiers d’archives numérisées à l’accomplissement d’une mission de service public. Il a donc rejeté la demande du site de généalogie Notrefamille.com d’abroger la délibération du conseil général sur les conditions de réutilisation par des tiers de ces archives.
Notrefamille.com, qui commercialise des produits généalogiques, estimait que les règles prévues par le conseil général de la Vienne étaient trop restrictives et l’empêchaient de mettre en œuvre des « techniques d’aspiration des données à partir du site internet du département ». Celui-ci ne permet en effet que la consultation sur place des archives départementales, tels que les registres d’état-civil et paroissiaux des communes du 17ème au 19ème siècle ou sur son site internet et la cession des données dans le cadre de la réalisation d’une mission de service public.
Le tribunal a estimé que le conseil général était producteur de base de données, au sens de l’article L. 342-1 et suite du code la propriété intellectuelle. Cet ensemble de données classées et structurées constitue, en effet, une base de données pour la réalisation de laquelle la collectivité territoriale a engagé 230 000 €. La numérisation des documents d’archives a duré huit ans et a nécessité un investissement matériel, technique et humain substantiel, condition de la protection. Et ce droit, rappelle le tribunal, n’impose pas au producteur de délivrer une licence. Concernant le fait d’imposer une condition d’accomplissement d’une mission de service public pour autoriser la cession ne fait par ailleurs pas obstacle à la liberté de réutilisation des données consacrée par la loi du 17 juillet 1978, comme l’avait soutenu Notrefamille.com. Le tribunal a enfin jugé que cette restriction n’était pas davantage contraire aux règles de la concurrence.
Par un arrêt du 4 juillet 2012, la cour administrative d’appel avait considéré qu’un département peut refuser de fournir à un site de généalogie les archives numérisées d’anciens cahiers de recensement pour une réutilisation commerciale, en se fondant sur le non respect de la loi Informatique et libertés.

 
 

Les dernières actualités...

mardi 3 mai 2016
Lire l'article

Validité d’une signature électronique

 
lundi 2 mai 2016
Lire l'article

Fraude informatique confirmée pour le falsificateur de notes de Paris 2

 
jeudi 28 avril 2016
Lire l'article

E-réputation : un an de prison ferme

 
mardi 26 avril 2016
Lire l'article

Menaces de mort : mettre un lien n’est pas commettre l’infraction

 
jeudi 21 avril 2016
Lire l'article

Sans cession de droits, pas de remise des codes sources des sites commandés

 
mercredi 20 avril 2016
Lire l'article

Site internet : pas besoin de risque de confusion pour le parasitisme

 
mardi 19 avril 2016
Lire l'article

Condamnation d’une vente « one shot » de site internet

 
vendredi 15 avril 2016
Lire l'article

Egalité et réconciliation condamnée pour absence de dispositif de signalement