En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Actualités

vendredi 7 juin 2013
Facebook Viadeo Linkedin

Augmenter la police de caractères Diminuer la police de caractères Afficher en négatif Réinitialiser tous les paramètres PDF envoyer l'article par mail Imprimer cet article Imprimer écologiquement cet article

Constat d’achat en ligne et saisie-contrefaçon : la cour de Paris valide cette procédure en deux temps

 

Dans un arrêt du 26 avril 2013 signalé par le Blog du droit européen des brevets, la cour d’appel de Paris a estimé que la succession d’un constat d’huissier d’achat sur internet et d’une saisie-contrefaçon dans les locaux de l’étude était valide. Dans cette affaire, un constructeur d’échelles télescopiques reprochait à Castorama de vendre en ligne des échelles qui reproduisaient les caractéristiques de son brevet. Il a donc mis le vendeur en demeure de cesser cette opération avant de faire procéder à un constat d’achat et de procéder à la saisie-contrefaçon.
Castorama, estimait que cette double procédure était nulle car cette saisie était fondée sur un constat d’achat nul dénaturant le procédé de la saisie-contrefaçon, du fait que les voies de recours n’étaient pas précisées dans l’ordonnance de saisie. Il remettait aussi en cause la validité du constat d’achat, car, selon lui, il n’appartient pas à l’huissier mais au requérant de procéder à l’achat : l’huissier agissant pour le compte d’un tiers et le constat d’achat devenant ainsi une saisie-contrefaçon déguisée grâce auquel l’huissier s’est affranchi du respect des règles légales.
La cour d’appel n’a pas jugé que ce procédé constituait un "simulacre" de saisie-contrefaçon. Selon elle, « aucun excès de pouvoir ne saurait lui être reproché du fait qu’il n’a fait qu’effectuer des constatations matérielles portant sur l’offre à la vente sur un site marchand ayant opté pour une gestion automatisée des commandes ainsi que sur la réception des objets commandés qu’il a placés sous scellés ». Elle a même considéré « qu’il était habile à le faire sans autorisation préalable dès lors qu’il a procédé à un achat à domicile sans pénétrer dans la propriété d’un tiers et qu’il a dûment décliné son identité avant de procéder à l’achat litigieux sur le site marchand de la société Castorama ».

 
 

Les dernières actualités...

lundi 2 mai 2016
Lire l'article

Fraude informatique confirmée pour le falsificateur de notes de Paris 2

 
jeudi 28 avril 2016
Lire l'article

E-réputation : un an de prison ferme

 
mardi 26 avril 2016
Lire l'article

Menaces de mort : mettre un lien n’est pas commettre l’infraction

 
jeudi 21 avril 2016
Lire l'article

Sans cession de droits, pas de remise des codes sources des sites commandés

 
mercredi 20 avril 2016
Lire l'article

Site internet : pas besoin de risque de confusion pour le parasitisme

 
mardi 19 avril 2016
Lire l'article

Condamnation d’une vente « one shot » de site internet

 
vendredi 15 avril 2016
Lire l'article

Egalité et réconciliation condamnée pour absence de dispositif de signalement

 
jeudi 14 avril 2016
Lire l'article

5 000 € de dommages-intérêts pour sous-location via Airbnb