En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Actualités

mardi 9 février 2016
Facebook Viadeo Linkedin

Augmenter la police de caractères Diminuer la police de caractères Afficher en négatif Réinitialiser tous les paramètres PDF envoyer l'article par mail Imprimer cet article Imprimer écologiquement cet article

Communication sur une condamnation non définitive : dénigrement

 

Une société qui envoie des courriels aux distributeurs de son concurrent les informant qu’il avait été condamné pour concurrence déloyale, sans préciser qu’il y avait appel, a commis un acte de dénigrement, a estimé la cour d’appel de Paris dans un arrêt du 27 janvier 2016. Il s’avère que des partenaires commerciaux ont mis un terme à leur collaboration avec la société dénigrée en raison de sa mauvaise image. La cour d’appel a donc confirmé l’estimation du préjudice subi et a condamné la société fautive à verser 100 000 € de dommages-intérêts.
La société Lamalo, spécialisée dans la commercialisation de produits cosmétiques pour surfeurs avait été condamnée en 2012 pour avoir commis des actes de concurrence déloyale envers Everything for riders (E4R), société qui fabrique et commercialise des produits cosmétiques pour les sportifs. Lamalo a interjeté appel de cette décision et a obtenu l’infirmation du jugement le 18 octobre 2013. Le 15 janvier 2013 cependant, E4R envoyait des emails à des distributeurs les informant de la condamnation en première instance de son concurrent, sans préciser que ce jugement n’était pas définitif. Elle expliquait que Lamalo avait repris ses concepts et visuels en relation avec ses produits, ce qui lui a été interdit par le tribunal ainsi que la commercialisation de ses marques. E4R a également publié un communiqué sur sa page Facebook accessible à tous les internautes et un message sur son compte Twitter. Lamalo a assigné son concurrent pour dénigrement et a obtenu gain de cause.
Peu importe que l’information soit vraie, si elle a été divulguée dans le but de jeter le discrédit sur une entreprise dans le but, non d’informer objectivement, mais de détourner la clientèle et les partenaires commerciaux à son profit et de lui nuire. L’exception de vérité, en matière de diffamation, n’est pas applicable dans le cadre du dénigrement, rappelle la cour d’appel. Par ailleurs, en plus de faire connaître la condamnation non définitive de Lamalo, E4R a mis en garde les destinataires des emails contre les produits vendus par Lamalo qui seraient des copies. Or, le tribunal ne s’était pas prononcé dans une action en contrefaçon mais en concurrence déloyale. E4R qui vient de se voir confirmer sa condamnation pour dénigrement en appel se trouve en liquidation judiciaire depuis le 11 février 2015. Les 100 000 € de dommages-intérêts, auxquels s’ajoutent les 10 000 € au titre des frais irrépétibles de première instance et 6 000 € au titre des frais de justice engagés par Lamalo sont des créances inscrites au passif de la liquidation de E4R.

 
 

Les dernières actualités...

mercredi 25 mai 2016
Lire l'article

Messagerie privée d’un avocat collaborateur protégée

 
mardi 24 mai 2016
Lire l'article

Licenciementsalarié.fr condamné pour exercice illégal du droit

 
lundi 23 mai 2016
Lire l'article

People : 1 500 € pour une accusation erronée et non vérifiée

 
vendredi 20 mai 2016
Lire l'article

Lesarnaques.com, c’est fini

 
jeudi 19 mai 2016
Lire l'article

Référencement : l’obligation de résultat justifie la résiliation unilatérale

 
mercredi 18 mai 2016
Lire l'article

Prison et dommages-intérêts pour contrefaçon de site et de marque

 
mardi 17 mai 2016
Lire l'article

Un blog assimilé à un espace de contributions personnelles

 
vendredi 13 mai 2016
Lire l'article

L’absence d’abus de position dominante de Vente-privée.com confirmée en appel