Les avocats du net

 
 
 
 

Jurisprudence : Vie privée

accueil >> Jurisprudences >> Vie privée
mardi 15 janvier 2013
Facebook Viadeo Linkedin
Augmenter la police de caractères Diminuer la police de caractères Afficher en négatif Réinitialiser tous les paramètres PDF envoyer l'article par mail Imprimer cet article Imprimer écologiquement cet article

Cour d’appel de Bordeaux Chambre sociale, section A Arrêt du 15 janvier 2013

NTS 2000 / Nathalie G.

salarié - licenciement - internet - employeur - personnel - ordinateur - données de connexion - consultation - durée - connexion

FAITS ET PROCÉDURE

Mme Nathalie G. a été engagée à contrat à durée indéterminé par la société NTS 2000, appartenant au groupe Hamel, en qualité de juriste coefficient 275, catégorie Etam suivant la convention des bureaux d’études techniques et cabinets de conseils à compter du 18 novembre 2002. Elle exerçait les fonctions d’assistante de direction depuis janvier 2005. Suite à un avenant, à son contrat de travail à compter du 14 novembre 2008, la salariée obtenait un contrat à temps partiel, pour motifs personnels. Elle percevait en 2009 un salaire brut annuel de 35 148 € pour 30 heures par semaine.

Elle a été licenciée pour cause réelle et sérieuse par lettre recommandée avec accusé de réception du 19 novembre 2009. Madame G. a saisi le conseil de Prudhommes de Périgueux pour contester son licenciement. Par jugement du 14 mars 2011, le conseil de Prud’hommes de Périgueux a estimé que le licenciement de Madame G. était dépourvu de cause réelle et sérieuse, et a condamné l’employeur à payer à la salariée 30 000 € de dommages et intérêts, 2000 € à titre de dommages et intérêts pour violation des droits fondamentaux, 1000 € en application des dispositions de l’article 700 du code de procédure civile.

La société NTS 2000 a régulièrement interjeté appel de cette décision.

Par conclusions déposées au greffe le 29 juin 2012, développées oralement et auxquelles il est expressément fait référence, la société NTS 2000 demande à la cour d’infirmer le jugement du conseil de Prud’hommes, dire que le licenciement de la salariée repose sur une cause réelle et sérieuse, de débouter la salariée de toutes ses demandes, de la condamner à lui payer 8800 € en application des dispositions de l’article 700 du code de procédure civile.

Madame G., par conclusions déposées au greffe le 2 juillet 2012, développées oralement et auxquelles il est expressément fait référence, demande à la cour de confirmer la décision entreprise, en ce qu’elle a estimé que le licenciement était dénué de cause réelle et sérieuse, statuant à nouveau condamner l’employeur à lui verser 45 000 € à titre de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, 10 000 € de dommages et intérêts pour violation des droits fondamentaux, 4500 € en application des dispositions de l’article 700 du code de procédure civile.

DISCUSSION

Dans la lettre de licenciement qui lui a été adressée le 19 novembre 2009, il est reproché à la salariée de s’être connectée, durant ses heures de travail, sur des sites internet n’ayant aucun lien direct avec les travaux qui lui étaient confiés, tels que limitativement énoncés à l’article trois de son contrat travail, et en violation de l’article 17 du règlement intérieur de l’entreprise. Ces temps de connexion ont duré plusieurs heures, à ces temps sont venus s’ajouter les temps de consultation des résultats de ces recherches “Les connexions établies sur le site internet pendant votre temps de travail grâce aux outils mis à votre disposition par l‘entreprise pour l‘exécution de votre travail sont présumées avoir un caractère professionnel”. De plus, “les connexions établies sur les sites internet en date des 22 septembre 2009, 5 octobre 2009 et 22 octobre 2009 sont en lien direct avec un contentieux en cours avec un des salariés qui est votre compagnon”. En conséquence, nous nous voyons dans l’obligation de mettre fin à votre contrat de travail.

Il lui est plus particulièrement reproché, dans cette lettre, de s’être connectée : le 14 septembre 2009, 2 heures 07 minutes sur le site Mapy d’adresses de dresseurs et d’éleveurs de chiens, et d’avoir effectué des recherches sur différents bulletins d’information de la cour de Cassation relatifs au droit social, le 15 septembre 2009, 2 heures 10 (recherches sur les sites Verbaudet, les pages jaunes, puériculture, boulevard des marques, agences de voyages), le 17 septembre 2009, 0 heure 05 minute (sur le site FNAC éveil et jeux, le 18 septembre 2009, 0 heure 05 minute (sites de vols low cost, recherche d’un chauffagiste), le 21 septembre 2009, 0 heure 10 minutes (FNAC éveil et jeux, cotation de porcelaine, le bon coin), le 22 septembre 2009, 1 heure (recherche sur site strass, bijoux fantaisie, mon école.com et recherches sur site éditions législatives de référence en droit social), le 24 septembre 2009, 0 heure 07 minutes (pages jaunes d’adresses de ramonage de cheminée), le 28 septembre 2009, 0 heure 10 minutes (FNAC éveil et jeux, deux sites de chanteurs), le 29 septembre 2009, 0 heure 05 minutes (maquillage, Dior, le 1 octobre 2009, 0 heure 03 minutes, visa sur le Népal, le 2 octobre 2009, 0 heure 35 minutes (sites de bijoux, courbes de taille garçons), le 5 octobre 2009, 0 heure 30 minutes (sites légifrance jurisprudence droit social, le juritel “motivation d’un licenciement”, harcèlement moral et responsabilité du salarié, le salarié a droit au respect de sa vie privée), le 8 octobre 2009, 0 heure 20 minutes (sites hôtel au Népal, enfant gros mots, enfant - ados), le 9 octobre 2009, 0 heure 40 minutes (recettes de légumes d’hiver, le 16 octobre 2009, 0 heure 05 minutes, (vêtement Saint James), le 19 octobre 2009, 0 heure 25 minutes, menu de la semaine enfants, monastère Paul Ricard à Katmandou, livre-photo, le 20 octobre 2009, 0 heure 10 minutes, vols d’avions entre Amsterdam et Bordeaux, décoration chambre fille Zen), le 22 octobre 2009, 0 heure 30 minutes (lexinter.fr de jurisprudence en droit social), le 26 octobre 2009, 0 heure 10 minutes (trek, photonépal, le 28 octobre 2009, 0 heure 30 minutes, cinémas Périgueux, site de voyages, de vêtements.

Sur le contrôle de l’usage de l’outil informatique par Madame G. au sein de l’entreprise

L’employeur à l’appui de son appel conteste avoir utilisé un logiciel spécifique, un dispositif de contrôle individuel, soumis à déclaration auprès de la commission nationale de l’informatique et des libertés, pour produire le relevé des connexions et des sites visités par Madame G.

Il ressort des pièces (10, 11, 37, 43, 44, 47, 48) produites par l’employeur, soit, en l’espèce, la réponse apportée par l’entreprise à la commission nationale de l’informatique et des libertés, le constat d’un huissier, l’attestation du directeur informatique de la société, et l’audit réalisé par une entreprise informatique extérieure, qu’aucun logiciel de contrôle, devant faire l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, n’a été mis en place ni utilise par l’entreprise pour collecter les données de connexion à internet à partir du poste informatique utilisé par Madame G., contrairement à ce que soutient la salariée.

Il ressort, au contraire, des pièces précitées que les fichiers de journalisation ont été collectés suite à un contrôle “manuel” opéré a posteriori par l’employeur, et que Madame G., au même titre que tous les employés de l’entreprise, avait connaissance par l’article 17 du règlement intérieur de l’entreprise du 20 mai 2009 (soumis au préalable au comité d’entreprise et à l’inspection du travail) que l’usage d’internet au sein de l’entreprise était strictement limité, cet article stipulant que “tout usage ou consultation de sites internet sans rapport avec l’‘exercice professionnel pourra entraîner des sanctions disciplinaires”.

De surcroit, la jurisprudence considère que les connexions établies par le salarié à l’aide de l’outil informatique mis à sa disposition par l’employeur pour les besoins de son travail sont présumées avoir un caractère professionnel, en sorte que l’employeur est en droit de les rechercher aux fins de les identifier, hors la présence de l’intéressé, sauf si le salarié les identifie comme étant personnels.

Dès lors, il ressort de l’ensemble de ces éléments que l’employeur n’a pas obtenu ces fichiers par des moyens déloyaux ni contraires aux préconisations de la Cnil et qu’il n’y a pas lieu, en conséquence, de rejeter les pièces 12 à 31 de la société NTS 2000, comme l’a fait à tort, le conseil de Prud’hommes.

Sur l’usage abusif de l’outil informatique reproché à Madame G., unique grief fondant son licenciement

L’article L 112 1-1 du code du travail dispose que nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas proportionnées au but recherché.

La Cnil dans son rapport de 2004 rappelle qu’une interdiction générale et absolue de toute utilisation d’internet à des fins autres que professionnelle ne paraît pas réaliste dans une société de l’information et de la communication et semble de plus disproportionnée au regard des textes applicables et de leur interprétation par la jurisprudence.

L’utilisation sur les lieux du travail des outils informatiques à des fins autres que professionnelles est généralement tolérée. Elle doit rester raisonnable et ne doit pas affecter la sécurité des réseaux ou la productivité de l’entreprise ou de l’administration concernée.

En l’espèce, l’employeur reproche à la salariée d’avoir consulté les sites internet à caractère non professionnel durant 596 minutes (9,9 heures) entre le 14 septembre le 28 octobre 2009. La salariée reconnaît avoir consulté des sites internet autres que professionnels durant 283 minutes (4,4 heures) entre le 14 septembre et le 28 octobre 2009) pièce 12 de la salariée.

Le temps de consultation retenu dans la lettre de licenciement a manifestement été majoré par l’employeur, dans la mesure où il a été calculé à partir de la première jusqu’à la dernière connexion sans prendre en compte la durée des interruptions, entre les temps de consultations. Celui, reconnu par la salariée parait minoré dans la mesure où elle n’inclut pas dans ce temps la consultation des sites juridiques en matière sociale, et ce, bien que cette matière ne relève pas de ses attributions. La cour, au vu des pièces produites par les parties, évalue le temps de consultation non professionnel sur internet par Madame G. à une durée de 6 heures 30 minutes entre le 14 septembre le 28 octobre 2009. Ce qui équivaut à plus d’une heure de consultation par semaine de 30 heures de travail (temps partiel). Cette durée de consultation sans être négligeable ne peut toutefois être considérée comme déraisonnable et donc réellement abusive.

L’employeur condamne non seulement la périodicité et le temps d’accès à internet passé par la salariée mais surtout le contenu des sites juridiques visités les 22 septembre 2009, 5 octobre 2009 et 22 octobre 2009, ayant un lien direct avec un contentieux en cours avec un des salariés qui est son compagnon.

Or, la lecture du fichier produit par l’employeur révèle que les sites juridiques visités par la salariée, sont des sites consultables par n’importe quel internaute s’agissant de sites juridiques en matière de droit du travail, accessibles à tous, qui n’affectent en rien la sécurité ni la confidentialité de l’entreprise. La consultation de ces sites en ligne n’est pas plus répréhensible que pourrait l’être la consultation de livres de droit social, au sein de l’entreprise. Le fait que la salariée ait cherché à se renseigner sur les droits de son compagnon, en matière sociale, alors en procédure de licenciement ne parait pas constitutif, en soi d’un comportement particulièrement déloyal.

Dès lors, la cour considère que les faits reprochés à la salariée sont certes réels, mais ne sont pas suffisants pour justifier un licenciement. Le licenciement en l’espèce est disproportionné au regard des faits reprochés à salariée, dans la mesure où celle-ci avait eu un comportement particulièrement exemplaire et n’avait fait l’objet d’aucune remarque jusqu’à la notification de son licenciement. Elle n’a pas cherché à avoir accès à des données confidentielles propres à nuire à l’entreprise. La cour considère que le licenciement de la salariée ne repose donc sur aucune cause réelle et sérieuse. Dès lors, la cour confirme la décision attaquée qui a considéré que le licenciement de Madame G. ne reposait pas sur aucune cause réelle et sérieuse.

Sur le montant des dommages-intérêts pour licenciement abusif

En réponse à la sommation itérative de l’employeur de communiquer les pièces justificatives de sa situation professionnelle depuis son licenciement (pièce 49 de l’employeur), Madame G. a été autorisée par la cour à transmettre les pièces sollicitées par l’employeur, en cours du délibéré. Il ressort de ces pièces que la salarié n’a pas retrouvé d’emploi et reçoit les allocations de Pôle Emploi, en dépit de ses recherches. Au vu des pièces transmises par la salariée, de son âge et son ancienneté au sein de l’entreprise au moment de son licenciement la cour évalue 30 000 € le montant des dommages et intérêts pour licenciement abusif.

Sur la demande de dommages et intérêts pour la violation des droits fondamentaux

En l’espèce, la salariée ne rapporte nullement la preuve d’avoir subi une violation de ses droits fondamentaux, aucune atteinte au respect de sa vie privée n’est en l’espèce établie, et en conséquence la cour, réformant la décision attaquée, la débout de sa demande.

L’équité commande de condamner l’employeur, qui succombe partiellement en son appel, à verser à Madame G. 1000 € en application de l’article 700 du code de procédure civile.

Déboute la société NTS 2000 de sa demande fondée sur l’article 700 du code de procédure civile.

Ordonne le remboursement par la société NTS 2000 à Pôle Emploi des indemnités de chômage payées à Madame G. à la suite de son licenciement, dans la limite de quatre mois.

DÉCISION

Par ces motifs, la cour,

. Infirme partiellement la décision attaquée.

. Constate que le licenciement de Madame G. ne repose pas sur une cause réelle et sérieuse.

. Condamne la société NTS 2000 à verser à Madame G. 30 000 € de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

. Déboute Madame G. de sa demande de dommages et intérêts pour violation des droits fondamentaux.

. Condamne la société NTS 2000 à verser à Madame G. 1000 € en application des dispositions de l’article 700 du code de procédure civile.

. Déboute la société NTS 2000 de sa demande fondée sur l’article 700 du code de procédure civile.

. Ordonne le remboursement par la société NTS 2000 à Pôle Emploi des indemnités de chômage payées à Madame G. à la suite de son licenciement, dans la limite de quatre mois.

. Dit que conformément aux dispositions de l’article R1235-2 du code du travail, le greffe transmettra copie de la présente décision à la Direction générale de Pôle emploi.

. Condamne la société NTS 2000 au paiement des entiers dépens.

La cour : Mme Brigitte Roussel (président), Mme Maud Vignau (président), Mme Raphaëlle Duval-Arnauld (conseillère)

Avocats : Me Hervé Bénichou, Me Patrice Reboul

Notre présentation de la décision

 
 

En complément

Maître Hervé Bénichou est également intervenu(e) dans les 1 affaire suivante :

 

En complément

Maître Patrice Reboul est également intervenu(e) dans les 1 affaire suivante :

 

En complément

Le magistrat Brigitte Roussel est également intervenu(e) dans les 3 affaires suivantes :

 

En complément

Le magistrat Maud Vignau est également intervenu(e) dans les 2 affaires suivantes :

 

En complément

Le magistrat Raphaëlle Duval-Arnauld est également intervenu(e) dans les 1 affaire suivante :

 

* Nous portons l'attention de nos lecteurs sur les possibilités d'homonymies particuliérement lorsque les décisions ne comportent pas le prénom des personnes.