En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Actualités

mercredi 10 juillet 2013
Facebook Viadeo Linkedin
Augmenter la police de caractères Diminuer la police de caractères Afficher en négatif Réinitialiser tous les paramètres PDF envoyer l'article par mail Imprimer cet article Imprimer écologiquement cet article

Youtube : notification préalable, même pour les contenus déjà signalés

 

Dans un arrêt du 21 juin 2013, la cour d’appel de Paris a rappelé que l’hébergeur, qui n’est pas soumis à une obligation générale de surveillance, n’a pas à retirer un contenu sans notification préalable, même s’il a déjà fait l’objet d’un signalement. Elle précise qu’« il n’appartenait pas à la société Youtube de générer, de sa propre initiative et sans contrôle des ayants-droit, des empreintes sur les contenus objets de la première notification et que l’obligation de surveillance mise à la charge de ces derniers n’apparaît ni disproportionnée ni d’un exercice complexe, eu égard au descriptif qu’en fait la société Youtube ». Elle confirme ainsi le jugement du 28 avril 2011 du TGI de Paris qui avait estimé fautif le comportement des ayants droit. La SPPF avait en effet refusé de collaborer au système que l’hébergeur avait justement mis en place afin de rendre l’accès impossible aux contenus déjà signalés. Enfin, la cour refuse de faire droit à la demande de la SPPF d’ordonner à Youtube et à Google de cesser toute nouvelle mise en ligne de vidéos visées par l’assignation pour une durée de 10 ans, en raison de « son imprécision quant à son objet [qui] contrevient aux exigences de l’article 6-1-7, alinéas 1 et 2 de la loi LCEN selon lequel l’autorité judiciaire ne peut ordonner qu’une activité de surveillance “ciblée et temporaire” ».
En mai 2008, la SPPF avait signalé à Youtube la présence illicite sur son site de 233 vidéomusiques de son répertoire. L’hébergeur les avait retirées promptement mais 123 d’entre elles continuaient d’être visibles en février et mars 2009. Le 15 mai 2009, la SPPF faisait assigner Youtube en justice. Le 25 avril 2008, Google France, filiale de Google Inc. qui possède le site Youtube, avait cependant envoyé à la SPPF une proposition de mise à disposition gratuite de son système d’identification des œuvres par empreinte appelé « content identification ». Mais cette dernière n’avait pas donné suite. En s’abstenant de répondre, le TGI de Paris avait estimé que la SPPF avait empêché Youtube d’utiliser le système qu’elle avait justement mis en place afin de rendre l’accès impossible aux contenus déjà signalés. Il explique que « dès lors que la société Youtube ne pouvait procéder à la réalisation et la conservation des empreintes de vidéomusiques déjà notifiées, elle ne disposait plus de moyens techniques lui permettant de détecter de nouvelles mises en ligne illicites ».

 
 

Les dernières actualités...

jeudi 30 juin 2016
Lire l'article

Liste noire des supporters du PSG : le Conseil d’Etat valide la position de la Cnil

 
mercredi 29 juin 2016
Lire l'article

Contrefaçon : communiquer sur un jugement n’est pas déloyal

 
lundi 27 juin 2016
Lire l'article

Pas de droit de réponse pour Wikimedia hébergeur

 
mercredi 22 juin 2016
Lire l'article

Défaut de paiement : la cour de Toulouse reconnaît la réactivité de Paypal

 
mardi 21 juin 2016
Lire l'article

Google Play Store libre de supprimer l’application PMU

 
lundi 20 juin 2016
Lire l'article

Marque : condamnation pour un usage en ligne au-delà du terme autorisé

 
jeudi 16 juin 2016
Lire l'article

Droit d’opposition : Google condamné à supprimer un lien

 
mercredi 15 juin 2016
Lire l'article

Pas d’accès des héritiers aux données des personnes décédées