En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Actualités

mardi 01 octobre 2002
Facebook Viadeo Linkedin

Tarot en ligne : le « décompileur » de « chiens » condamné pour contrefaçon

 

Les amateurs de parties de tarot en ligne ne peuvent plus télécharger les logiciels Mirza et Ultimate Rantanplan destinés à dévoiler le « chien » et le jeu des adversaires. Le site qui diffusait ces utilitaires n’est plus accessible depuis le 15 septembre dernier. Le créateur des logiciels a fermé son site après avoir été assigné devant le tribunal des référés. Il a ainsi devancé la décision du juge qui, dans une ordonnance du 17 septembre suivant, lui a interdit de poursuivre ses actes de contrefaçon et de concurrence déloyale, établis par constat d’un agent assermenté de l’APP. Il a également ordonné la suspension de l’accès au site, jusqu’à la décision au fond.
L’association Taroteam a développé le logiciel de jeu de tarot sur internet Webtarot qui connaît un certain succès. Elle le propose en téléchargement sur son site contre 15 euros. Or, au mois d’avril dernier puis au mois de juillet, un site propose successivement deux logiciels, sous Webtarot, qui désorganise le déroulement normal de la partie. Mirza comme Utilmate Rantanplan recherchent respectivement en mémoire vive les données du « chien » ou des « mains » pour les traduire ensuite en clair. Le tribunal a estimé que leur auteur avait procédé par décompilation, acte que ce dernier a lui-même reconnu. Il a également offert, sans autorisation, le téléchargement d’anciennes versions de Webtarot. Mais les agissements délictueux du programmeur ne se sont pas arrêtés à la contrefaçon. Il s’est également rendu coupable de concurrence déloyale ou de parasitisme. Il a, non seulement, choisi un nom de domaine très proche de Taroteam, mais il a aussi envoyé des centaines de mails non sollicités (spam) à des personnes dont les coordonnées avaient été trouvées sur le forum de Taroteam pour les inciter à se rendre sur un autre site de jeux.
Pour réparer le préjudice subi par l’association Taroteam, le tribunal lui a alloué à Taroteam 1 500 euros de dommages-intérêts à titre provisionnel et 1 000 euros pour les frais engagés.