En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Actualités

mercredi 30 novembre 2016
Facebook Viadeo Linkedin

Un Anonymous condamné pour une attaque par déni de service contre EDF

 

Un jeune français de la mouvance Anonymous a été condamné à six mois de prison avec sursis et à 29 000 € de dommages-intérêt pour sa participation à une attaque par déni de service distribué contre le site d’EDF. Par un jugement définitif du 28 septembre 2016, la 13ème chambre correctionnelle du TGI de Paris l’a reconnu coupable d’accès frauduleux et de maintien à un système de traitement automatisé de données, à savoir le site Edf.com, d’entrave à son fonctionnement par sa participation à l’attaque par DDoS et d’entente pour avoir pris part à la préparation de l’attaque en réalisant et en diffusant des vidéos sur Youtube appelant les internautes à participer à l’action.
Entre avril 2011, Edf.com ainsi que les sites de l’opérateur destinés aux particuliers et aux professionnels ont subi une attaque de type DDoS qui les a mis hors service. EDF dit avoir subi un préjudice de 162 000 € en raison de l’indisponibilité des sites du groupe mais aussi du fait des mesures prises au niveau technique et à celui des internautes. Début juin, une seconde attaque a été lancée contre les sites d’EDF. Ces deux opérations ont été revendiquées par la mouvance Anonymous, suite à la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima. L’Agence nationale pour la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) a prévenu la Direction centrale du renseignement intérieur (BCRI) de cette attaque contre cet opérateur d’importance vitale (OIV). L’enquête qui a été diligentée a permis d’identifier trois internautes français susceptibles d’avoir participé à ces opérations. L’un d’entre eux, un étudiant, exploitait une chaîne Youtube sur laquelle il avait posté deux vidéos en lien avec la seconde attaque. La première, diffusée deux jours avant l’attaque, incitait les internautes à y prendre part et la seconde revendiquait les attaques subies par EDF. Ce jeune homme ne s’est pas contenté de faire la promotion de ces opérations, il y a participé activement par de multiples tentatives d’accès au site cible, via son adresse IP relevée le jour des faits. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits et a été mis en examen.
Dans un jugement très peu motivé, le tribunal a déclaré le jeune homme coupable des trois infractions à la loi Godfrain relative à la fraude informatique et l’a condamné à six mois de prison, avec sursis. Il a accordé les dommages-intérêts sollicités par EDF, soit 24 000 € au titre du préjudice matériel et 5 000 € pour le préjudice d’image et commercial. Le prévenu devra, en outre, verser 1 200 € au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale.

Lire la décision