En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Jurisprudence : Vie privée

vendredi 22 juin 2007
Facebook Viadeo Linkedin

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt du 06 juin 2007

Eliophot / Pascal P.

vie privée

La Cour de cassation, chambre sociale, a rendu l’arrêt suivant :

DISCUSSION

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Aix en Provence, 7 juin 2005), que Pascal P., cadre de la société Eliophot, a été licencié pour faute grave le 12 février 2003 après avoir d’une part établi une attestation, fausse selon la lettre de licenciement, produite en justice par un collègue de travail qu’un litige opposait à l’employeur, et d’autre part adressé au même collègue, qui l’a également produit, un courrier électronique qualifié d’insultant et de méprisant à l’égard de ses supérieurs hiérarchiques ;

Attendu que pour des motifs pris d’une dénaturation de conclusions, de la violation de l’article 4 du ncpc et d’un défaut de base légale au regard de l’article L 122-6 du code du travail, la société Eliophot fait grief à l’arrêt d’avoir dit le licenciement sans cause réelle et sérieuse et de l’avoir condamnée à verser des sommes au salarié ;

Mais attendu, d’abord, que le témoignage en justice d’un salarié ne peut, sauf abus, constituer ni une faute ni une cause réelle et sérieuse de licenciement ; que la cour d’appel qui, sans dénaturation ni méconnaissance des termes du litige, a fait ressortir que l’inexactitude, seule alléguée dans la lettre de licenciement, de l’attestation de Pascal P. dans un litige opposant un de ses collègues à leur employeur n’était pas démontrée, a exactement décidé que l’établissement par le salarié de cette attestation ne caractérisait aucun abus ;

Attendu, ensuite, qu’ayant retenu le caractère privé du courrier électronique adressé par le salarié au même collègue de travail et fait ressortir qu’il n’avait pas causé de trouble objectif caractérisé dans l’entreprise, elle en a exactement déduit que cet élément de la vie personnelle de l’intéressé ne pouvait constituer un motif de licenciement ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

DECISION

Par ces motifs ;

. Rejette le pourvoi ;

. Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l’arrêt cassé ;

La Cour : M. Chauviré (président)

Avocats : Me Luc-Thaler, Me Le Prado

Notre présentation de la décision

 
 

En complément

Maître Le Prado est également intervenu(e) dans les 10 affaires suivante  :

 

En complément

Maître Luc-Thaler est également intervenu(e) dans les 2 affaires suivante  :

 

En complément

Le magistrat Chauviré est également intervenu(e) dans les 7 affaires suivante  :

 

* Nous portons l'attention de nos lecteurs sur les possibilités d'homonymies particuliérement lorsque les décisions ne comportent pas le prénom des personnes.