En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.
 
 

Les avocats du net

 
 


 

Jurisprudence : Vie privée

mardi 12 mars 2013
Facebook Viadeo Linkedin

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt du 12 février 2013

Mme X… / PBS

accès - clé USB - employeur - fichiers - ordinateur - personnel - présence du salarié - professionnel - salarié

DISCUSSION

Sur le moyen unique

Vu les articles 9 du code de procédure civile et L. 1121-1 du code du travail :

Attendu selon l’arrêt attaqué, que Mme X…, engagée le 26 juillet 2006 en qualité d’assistante administrative par la société PBS, a été licenciée pour faute grave par lettre du 20 février 2009 motif pris notamment de l’enregistrement sur une clé USB d’informations confidentielles concernant l’entreprise et de documents personnels de collègues et du dirigeant de l’entreprise ;

Attendu que pour dire le licenciement sans cause réelle et sérieuse, la cour d’appel retient que l’employeur ne peut se prévaloir d’un moyen de preuve illicite, la salariée n’étant pas présente lorsque sa clef USB personnelle a été consultée par son employeur et n’ayant donc pas été informée de son droit d’en refuser le contrôle ou d’exiger la présence d’un témoin ;

Attendu cependant qu’une clé USB, dès lors qu’elle est connectée à un outil informatique mis à la disposition du salarié par l’employeur pour l’exécution du contrat de travail, étant présumée utilisée à des fins professionnelles, l’employeur peut avoir accès aux fichiers non identifiés comme personnels qu’elle contient, hors la présence du salarié ;

Qu’en statuant comme elle a fait, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

DÉCISION

Par ces motifs :

. Casse et annule, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 25 octobre 2011, entre les parties, par la cour d’appel de Rouen ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Caen ;

. Condamne Mme X… aux dépens ;

. Vu l’article 700 du code de procédure civile, rejette les demandes ;

. Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l’arrêt cassé ;

Moyen produit par Me Bouthors, avocat aux conseils, pour la société PBS

Le moyen reproche à l’arrêt infirmatif attaqué d’avoir dit que le licenciement de Madame X… ne reposait pas sur une faute grave et en conséquence condamné l’employeur à verser diverses sommes à la salariée ; aux motifs que Madame X… n’était pas présente lorsque sa clef USB personnelle a été consultée par son employeur et elle n’a donc pas par là-même été informée de son droit d’en refuser le contrôle ou d’exiger la présence d’un témoin ; que l’employeur ne peut donc se prévaloir d’un moyen de preuve illicite alors en outre qu’il lui suffisait de retirer la clef pour que l’ordinateur puisse fonctionner et d’attendre l’arrivée de Madame X… pour effectuer le contrôle ; que ce grief ne peut être retenu ; alors que, sans préjudice du sort réservé aux dossiers et fichiers qu’il contient, le périphérique de stockage connecté à un ordinateur professionnel mis à disposition des salariés par l’employeur présente un caractère professionnel de sorte que l’employeur peut y avoir accès hors la présence du salarié ; qu’en l’espèce, la cour d’appel a constaté que la clé USB litigieuse était connectée sur un ordinateur de la société ; qu’elle a cependant dénié à l’employeur le droit de consulter la clé au seul motif qu’elle appartenait à la salariée ; qu’en se déterminant ainsi sans rechercher, comme elle y était pourtant invitée, si cette clé, demeurée branchée sur un ordinateur de la société, et au demeurant non identifiée comme personnelle par la salariée, ne présentait pas en conséquence un caractère professionnel, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des dispositions des articles 9 du code civil, 9 du code de procédure civile et L.1121-1 du code du travail.

La Cour : M. Lacabarats (président)

Avocats : Me Bouthors, SCP Roger et Sevaux

Notre présentation de la décision

 
 

En complément

Maître Bouthors est également intervenu(e) dans les 11 affaires suivante  :

 

En complément

Maître SCP Roger et Sevaux est également intervenu(e) dans les 12 affaires suivante  :

 

En complément

Le magistrat Lacabarats est également intervenu(e) dans les 17 affaires suivante  :

 

* Nous portons l'attention de nos lecteurs sur les possibilités d'homonymies particuliérement lorsque les décisions ne comportent pas le prénom des personnes.